Le devenir du créole ?

Chercher des réponses dans le chemin parcouru

Ⓒ drapeau reunion.re Le devenir du créole ?
Mercredi 19 mai 2021 à 18:30

L’aimable sollicitation des Amis de l’Université me donne l’occasion d’une rétrospective sur la question créole. « La méthode, écrit Edgar Morin, c’est le chemin parcouru ». Dans ma thèse soutenue à Aix-en-Provence en 1985 et éditée à Saint-Denis en 1991, était envisagée, dans le sillage d’Axel Gauvin, l’avènement d’un « bilinguisme additif » créole / français, d’un Réunionnais réconcilié avec sa langue et sa culture. Qu’en est-il en 2020 ?

Kréol lé an lèr ! On peut considérer que nous avons progressé (reconnaissance / valorisation de la langue et la culture) mais si le créole fait 3 pas, pendant que la domination symbolique et économique du français en fait 10, paradoxalement, l’écart se creuse.

Par ailleurs, la physique des plaques tectoniques nous apprend que les continents ne sont pas immobiles. C’est encore plus vrai des langues et des cultures qui évoluent avec les sociétés qui les portent. D’un point de vue linguistique, le créole, satellite du français central, se risque de plus en plus dans des espaces de communication habituellement réservés au français et dont il était écarté jusque-là. Il subit de ce fait une forte « attraction » qui le modifie en profondeur. La continuité linguistique, la contigüité du français et du créole, ont généré une pratique langagière qui emprunte aux deux langues. « Entre-deux » ou « pas de deux », nous observons que le créole réunionnais se transforme ti pa, ti pa, en fréol.  

Comment Ti Jean i tromp la Mort ?”. Ce conte dit comment le héros parvient à faire reculer l’échéance fatale. Quelle ruse, quelle « part de colibri » pourrait être la nôtre ? Sur quel « effet papillon » pouvons-nous désormais miser pour empêcher que « les langues de France les moins répandues » ne continuent à s’étioler ? 

« Un rabbin courait par les rues en criant : J’ai des réponses ! J’ai des réponses… Qui a une question ? » 

Le conte rapporté par Alexandro Jodorowsky enseigne que poser des questions est la seule façon d’avancer dans l’étude. Quoiqu’il en soit, les réponses ne m’appartiennent pas. Elles sont collectives et ne peuvent émerger que d’une analyse lucide de la situation. 

Ce que je m’efforce de faire, 35 ans après, pour partager avec vous, les bonnes (?) questions. 

A propos du conférencier

Daniel LAURET a enseigné la didactique du français à l’Ecole Normale puis à l’IUFM de 1976 à 2004.  Il a travaillé sur le créole à l’école : Thèse soutenue Aix-en-Provence en 1985. Il a dirigé  la préparation des étudiants à l’épreuve facultative de créole au CRPE, de 1982 à 1997.  Il consacre désormais la majeure partie de son temps à l’écriture :  Monsieur Oscar chez Ibis Rouge,  2004; Bob, Freedo-roman, chez Azalées, 2006;  et aux Éditions Orphie : Raideur,  2011 ; Des Nouvelles de la Chaloupe, 2014; Couillonnades, 2015; Féminitude,  2019.  

Application du pass sanitaire

Face aux risques élevés de rebond de l'épidémie de Covid-19, la loi instaure de nouvelles mesures. Depuis le 21 juillet toute personne fréquentant certains lieux comme les cinémas, les bars et restaurants, les salles de spectacle... doit présenter un pass sanitaire valide. A savoir soit une preuve de vaccination complète, un certificat de test négatif de moins de 72 heures ou un certificat de rétablissement de la Covid-19, datant d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

Cette mesure concerne également Léspas culturel Leconte de Lisle. Il vous sera donc demandé de bien vouloir présenter un pass sanitaire valide lors de la vérification de votre billet avant l'entrée en salle. Sauf modification des règles sanitaires en vigueur, le port du masque reste obligatoire dans nos salles. L'ouverture des portes se fera 30 minutes avant le début de l'événement.

Le pass sanitaire concerne tous les spectateurs âgés de 18 ans et plus. Seuls les spectateurs munis d'un pass sanitaire seront admis en salle. L'application du pass sanitaire pour les jeunes de 12 à 17 ans est repoussée au 30 septembre 2021.

Réserver vos billets

Vente de billets en ligne
En cas d'empêchement, merci de nous prévenir au plus tôt à
Un problème lors de votre réservation ? Contactez-nous par mail à ou par téléphone au 0262 59 39 66

Tarif

  • Gratuit : Dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée sur cette même page ou par téléphone au 0262 59 39 66
© 2020 - Régie l'Espace Culturel Leconte de Lisle